Exposition Studio Ghibli à Busan

01-Ghibli

UNE EXPOSITION GHIBLI A BUSAN!

Heureuse surprise de découvrir qu’une expo sur le studio Ghibli se tient en ce moment à Busan et plus précisément au Musée d’Art Moderne de Busan, dans le district de Haeundae où je réside. Grand amateur de leurs films (depuis la découverte de Totoro en K7 vidéo), je ne pouvais manquer de m’y rendre. On ne présente plus le studio Ghibli et ses deux illustres réalisateurs Miyazaki et Takahata. Ce studio d’animation japonais a signé quelques unes des plus belles oeuvres du cinéma d’animation, de Totoro à Chihiro en passant par l’émouvant Tombeau des Lucioles ou encore Princesse Mononoke.

02-Ghibli

L’ARCHITECTURE DANS LES FILMS GHIBLI

La maison est essentielle pour l’être humain, il en va de même pour les films Ghibli. Le studio a créé un grand nombre d’édifices dans des univers imaginaires. Ils ont toujours une place primordiale dans le récit. Il suffit de penser à la maison de Satsuki et Mei dans Totoro ou au fameux Palais des bains dans Le Voyage de Chihiro. L’exposition qui s’intitule Studio Ghibli three-dimensional architectural propose au public de découvrir les oeuvres du Studio Ghibli sous le prisme de l’architecture. Je vous invite à me suivre et (re)découvrir l’univers magique des oeuvres Ghibli.

ILLUSTRATIONS, EXTRAITS DE FILMS ET DIAROMA

La visite s’articule autour de 8 Zones (que je détaille un peu plus bas) qui comptent plusieurs salles. Pour chaque film, l’exposition propose quantité d’illustrations – peintes ou crayonnées – la diffusion d’extraits de films et des maquettes reconstituant de façon très détaillée une architecture (maison, palais, …) appelées diorama. Un diorama qu’est-ce que c’est? J’ai fais la recherche pour vous sur wikipedia et ainsi, « Le diorama est un système de présentation par mise en situation ou mise en scène d’un modèle d’exposition (un personnage historique, fictif, un animal disparu ou encore vivant à notre ère…), le faisant apparaître dans son environnement habituel. » Au centre de chaque salle se trouve en effet une maquette d’un édifice clé des films. Pour Totoro c’est évidemment la maison de campagne de Mei et Satsuki, pour Le Château dans le ciel il s’agit de la mine de charbon. Deux dioramas ont particulièrement retenu mon attention : le chalet dans la montagne issu de la série TV Heidi (sur laquelle a travaillé Miyazaki) et le Palais des Bains du Voyage de Chihiro qui culmine à plus de 3 mètres de haut.

En parcourant l’exposition on pénètre véritablement dans l’esthétique des films. On commence avec Quand le Vent se Lève pour terminer avec Nausicaa. C’est fascinant de voir le niveau de détail des illustrations. Des parallèles sont parfois faits entre les dessins et les modèles véritables qui ont servi de source d’inspiration. Les constructions imaginées dans les films sont souvent en bois, matériaux noble utilisé pour les habitations japonaises traditionnelles. Une salle présente d’ailleurs de véritables portes en bois qui font échos à celles des films.

VISITE GUIDEE DE L’EXPOSITION GHIBLI

Pardon par avance pour le peu de photos illustrant ce posting. Les photos étaient strictement interdites et chaque salle était très bien surveillée. Je présente en complément quelques photos issues du joli catalogue d’exposition.

Zone 1 – Two Directors
On découvre des illustrations et extraits relatifs aux derniers films des réalisateurs IsaoTakahata et Hayao Miyazaki avec respectivement Conte de la princesse Kaguya (The Tale of Princess Kaguya) et Quand le vent se lève (Wind blows). Cet espace est conclu par le somptueux diorama de la série tv Heidi.

03-Ghibli

10-Ghibli

11-Ghibli

15-Ghibli

Zone 2 – The Gifts will
Elle rassemble des travaux autour des films des jeunes directeurs du studio : From Up on Poppy Hill, Whisper of the Heart, Mani Memories et Arrietty qui figure sous la forme du diorama.

04-Ghibli

Zone 3 – Producer
Espace consacré au Musée Ghibli et au producteur des films du studio Toshio Suzuki. On peut y voir notamment une représentation taille réelle de son bureau au studio Ghibli avec des murs bardés de dessins et d’objets en tout genre.

05-Ghibli

Zone 4 – Western
Présentation des films Howl’s Moving Castle par le biais de la reproduction de la boutique de chapeaux, du célèbre cochon aviateur Porco Rosso et de Kiki’s Delivery Service.

06-Ghibli

07-Ghibli

Zone 5 – Mix chaos Chaotic
Consacrée intégralement au film Le Voyage de Chihiro, cet espace est sans doute le plus spectaculaire de la visite. On arrive dans une salle à la lumière tamisée où l’on découvre la reproduction taille réelle du restaurant où les parents de Chihiro se trouvaient attablés avant de se transformer en cochons. La salle suivante présente une reproduction absolument magistrale du palais des bains. Il y a un sens du détail incroyable avec des lumières, des sons et des musiques. Ce diorama en impose avec ses 3 mètres de haut.

13-Ghibli

Zone 6 – Invisible hand Tacit Handcraft
C’est la zone la plus petite et celle qui m’a semblée la moins intéressante. On peut y voir de nombreux outils utilisés pour le travail du bois. Ces objets, prêts du Takenaka Carpentry Tools Museum, apparaissent dans les long-métrages du studio.

Zone 7 – Japan Belongings
Présentation des édifices des films qui se déroulent au Japon. Cet espace propose des dioramas ainsi que des illustrations des maisons de campagnes abandonnées de Pompoko, mais aussi la forge fortifiée de Princesse Mononoke, la maisonnette de Only Yesterday, la maison colorée de Ponyo on the Cliff sans oublier la maison de Satsuki et Mei dans My Neighbor Totoro.

08-Ghibli

14-Ghibli

16-Ghibli

Zone 8 – Premonition and Fantasy
On termine la visite par deux autres oeuvres magistrales : Le Château dans le Ciel et Nausicaa de la vallée du vent

09-Ghibli

INFORMATIONS PRATIQUES

Studio Ghibli three-dimensional architectural
Busan Museum of Modern Art
http://ghibliinbusan.co.kr
Exposition du 05.09.2015 au 29.11.2015
Ouvert tous les jours de 10h à 20h
Prix du billet : 12.000 Wons soit environ 10 euros

Luxe et mode à Séoul

Séoul est une ville que j’apprécie toujours un peu plus à chaque fois que j’y vais. Elle est protéiforme, composée d’un nombre incalculable de facettes et en constante évolution. Quelque soit votre âge, votre budget, vos envies et vos attentes, cette ville vous comblera. A chaque fois que je « monte » à la capitale il y a toujours cette envie irrésistible de mieux la connaitre et de faire toujours plus de découvertes.

01

DECOUVERTE DU QUARTIER TONGIN-DONG, SHILLA HOTEL SEOUL

Lundi 24 Août. Départ matinal en famille pour Séoul. Le KTX (autrement dit notre TGV) fait le trajet depuis Busan jusqu’à la gare de Séoul (서울역) en un peu plus de 3h. Un ami vient nous chercher et nous emmène à la découverte du quartier Tongin-Dong (통인동), là où il vit et travaille. C’est un endroit très agréable et très bien situé – juste à côté du célèbre palais de Gyeonbokgung (경복궁) – mais je ne m’étais encore jamais aventuré de ce côté-ci. C’est un quartier paisible avec de toutes petites rues sympas, des immeubles d’habitation à taille humaine, des cafés et des boutiques. Il nous emmène ensuite dans LE restaurant coréen traditionnel du quartier et qui a très bonne réputation apparemment. Malheureusement, manger devient rapidement un calvaire avec les enfants qui sont fatigués et énervés du voyage.

Après ce déjeuner mouvementé, on reprend la voiture pour notre hôtel qui se trouve au pied du mont Namsan, dominé par la célèbre Seoul Tower. On arrive au Shilla Hotel sur les coups de 14h. Après la découverte de la chambre – qui est à titre de comparaison bien plus belle et grande que celle du Westin Chosun Seoul – on enfile nos maillots de bain puis direction la piscine. Celle-ci est juste exceptionnelle. Il y a en fait plusieurs bassins situés en plein air sur différents niveaux, et des terrasses en hauteur qui donnent à la fois sur les bassins et les montagnes verdoyantes. Un lieu idéal pour profiter tranquillement du soleil et manger ou boire un coup. Pour les enfants, un maître nageur est présent pour surveiller le bassin. Tout le monde peut ainsi prendre du bon temps sans s’inquiéter.

05

05-1

05-2

05-2a

05-4

05-5

06

BALLADE MATINALE SUR LE MONT NAMSAN

Il n’est jamais évident de faire ce qu’on veut avec des enfants en bas âge et il faut saisir les moments de liberté quand ils se présentent. Il faut parfois prendre les devants et … se lever tôt. Le gigantesque hall de l’hôtel est à cette heure matinale pratiquement vide et sonne creux. Dehors le jour se lève tout juste et les premières lueurs pointent à l’horizon. Ma promenade le long des murs fortifiés commence dans le calme absolu. La ballade le long des murs fortifiés offre un panorama grandiose sur la ville d’un côté et sur les montagnes boisées de l’autre. Je me rapproche peu à peu de la Seoul Tower qui se trouve au sommet du mont Namsan mais il est déjà temps de faire demi-tour. Cette fois-ci en empruntant une rue en contrebas du mur. Le quartier résidentiel de Dasan-dong (다산동) s’éveille. Les premières voitures quittent leur parking, le livreur de journaux commence sa tournée, … Des moments simples et pourtant magiques.

07

07-1

07-2

08

09

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

GANGNAM ET VISITE VIP DU FLAGSHIP DIOR

Nous avons eu la chance, que dis-je le bonheur d’être invités par la Maison Dior pour une visite privée du Flagship inauguré le 20 juin dernier à Gangnam (강남), et plus précisément dans le quartier huppé de Apgujeong-dong. Nous avons pu tout voir et assouvir notre curiosité : espaces de vente, salons privés, galerie d’art et le salon de thé.

La célèbre maison de haute couture a réuni les plus grands talents pour ce qui est désormais la plus grande boutique Dior au monde : les courbes spectaculaires de l’édifice sont de l’architecte Christian de Portzamparc, la décoration intérieur est signée Peter Marino sans oublier le pâtissier Pierre Hermé qui propose ses merveilles sucrée au Dior Café, situé au 6e et dernier étage.

Le quartier d’Apgujeong-dong est à découvrir absolument pour les amateurs de luxe et de mode. La boutique Dior et plus généralement les plus grandes marques de luxe ont dépensé des sommes folles pour installer leur flagship et les rendre les plus séduisants possible. Cette concentration d’écrins ultramodernes offre l’occasion de voir une autre facette de Séoul, à des années lumières du quartier commerçant très populaire de Myongdong.

20

21

23

24

25

26

27

28

EN SAVOIR PLUS …
Shilla Hotel

Le Shilla Hotel est situé dans le quartier de Jung-Gu, au pied de la montagne Namsan. Il fait parti de ces adresses mythiques de la ville connu et apprécier des voyageurs pour son élégance parfaite et son confort absolu. Il a été rénové en 2013 et dispose de 465 chambres et suites à partir de 250 000 wons.
Adresse : 249, Dongho-ro, Jung-gu, Jung-gu, Seoul
Tél. : 02-2233-3131
Site Internet : Shilla Hotel Seoul

Boutique DIOR
464, Apgujeong-Ro, Apgujeong-dong, Gangnam-Gu
Horaires d’ouverture : Tous les jours de 11:00 à 20:00

Namhae, l’île de beauté coréenne

01

Le mois d’août touche à sa fin et les températures deviennent enfin plus supportables. Pour profiter encore un peu du beau temps nous avons réfléchis à une destination pas trop lointaine et agréable. L’île de Namhae s’est rapidement imposée : le calme, la nature et ses 300 kilomètres de cote.

EN ROUTE POUR NAMHAE

Lundi 24 août, 10h du matin. La petite valise est prête, les enfants sont habillés, on peut donc partir. Traverser la ville nous prends 45 minutes. Namhae se trouve à l’Ouest de Busan tandis que nous habitons à l’extrême Est de la ville. Après la ville de Gimhae, le réseau urbain devient moins dense et la nature reprend ses droits. Le trajet est l’occasion de traverser de jolies régions montagneuses et d’autres couvertes de rizières. La voiture file et déjà nous avons passés les villes de Changwon et de Goseong. Au loin, un pont de couleur rouge se détache nettement du paysage. C’est par celui-ci que nous rejoignons l’île de Namhae et plus exactement Changseon Do (장선도). Après deux heures de route, nous laissons le continent derrière nous.

Déjà un air de vacances se fait sentir, les immeubles d’habitation monotones ont laissé place à de charmants pavillons colorés, le bord de la route est constellée de fleurs et on admire la côte escarpée qui plonge dans la mer. Quelques minutes plus tard nous voilà déjà arrivé à destination, le Southcape Resort.

SOUTHCAPE, L’UN DES PLUS BEAU RESORT DE COREE

C’est un immense domaine privé qui domine la mer du sud. Depuis son inauguration en 2013, il est plébiscité pour son parcours de Golf et ses 40 villas et suites qui offrent une vue spectaculaire sur la mer. Designé par le cabinet BCHO Architects, ce complexe est le projet du magnat de la mode coréenne Jung Jae-bong (Handsome Corp.) qui a déboursé pas moins de 350 millions de dollars. le resort propose un Golf donc mais aussi un Spa Chaum, une salle de sport, une galerie d’art, un auditorium, une piscine a débordement et j’en passe. Aussi surprenant que cela puisse paraître, ces énormes blocs de béton blancs s’insèrent harmonieusement dans leur environnement majestueux.

Après un beau et bon repas pris dans le restaurant de l’hôtel, je passe à la réception pour le check-in de rigueur. Un petit véhicule électrique nous attend à l’extérieur. Le chauffeur nous conduit à notre résidence située en contrebas. Une façon agréable de découvrir le Resort. L’intérieur de la suite est contemporain et la déco très soignée (écran géant LG, Geneva Sound System, mobilier design issu de Ligne Roset, …). La baie vitrée s’étend sur toute la longueur de la suite et offre une vue imprenable sur la mer du Sud.

UN TEMPS CAPRICIEUX

Après cette mise en bouche il ne nous restait plus qu’a profiter de tout cela avec les enfants : ballade le long de la cote, piscine, diner puis détente à la music library. Le lendemain matin la pluie qui tombe drue nous obligera à modifier nos plans : pas de longue ballade le long de la cote ni même la visite du temple de Yongmunsa. On apprend qu’à Busan des voitures ont été bloquées par des pluies torrentielles. Un moindre mal donc et une folle envie de retourner à Namhae. Tant de chose reste à voir ici comme le village de Daraengi et ses rizières a étages, les ports de Mijohang et de Mulgeonhang et les plages de sable fin…

02

03

04

05

05-a

06

06-a

07

08

09

10

11

12

13

14

SouthCape Resort
1545, Heungseon-ro, Changsun-myeon, Namhae-gun, Gyeongsangnam-do, Korea
Call : 1644-0280 | Fax : 02-3442-6592
e-mail : namhae@southcape.co.kr

Namhae Southcape Instagram
Pour voir plus de photos du Resort prises par les clients cliquez sur le lien ci-dessous
Instagram Namhae SouthCape

L’impressionnant temple Dongmyeong Bulwon

Dongmyeong Bulwon – 동명불원

UN TEMPLE AU COEUR DU DISTRICT DE NAM-GU
En Corée, la grande majorité des temples se trouve à l’écart des villes, dans des lieux reculés, le plus souvent perdus dans les montagnes. Ceci pour des raisons historiques (lire à ce propos l’article sur la Dynastie Joseon). Fort heureusement il s’en trouve quand même en ville (par exemple le temple Haeunjeongsa et le temple Okryeonseonwon à Busan où encore le célèbre temple Bongeunsa à Séoul). C’est également le cas du temple Dongmyeong Bulwon qui se trouve dans le district de Nam-Gu dans le sud de la ville de Busan. Il est installé non loin du Cimetière des Nations Unies et à deux pas de l’Université Dong-Myeang (동명대학교). Mais pour le trouver rien moins d’évident. Il n’est pas signalé sur nombre de cartes (à commencer par GoogleMaps et mon GPS). Quant à trouver des panneaux de signalisation dans la rue n’y comptez pas.

SA DECOUVERTE N’EN EST QUE PLUS BELLE
En vous engageant dans la verdoyante rue Dongmyeong-ro, vous reprenez enfin votre souffle, heureux de découvrir le portique monumental qui signal la présence du temple à une petite centaine de mètres de là. Le bruit assourdissant de la ville s’est comme évaporé et on prend plaisir à longer un joli muret de pierre dominé par une verdure abondante. Enfin sur la gauche, la Cheonwangmun (nom donné à la porte d’entrée des temples) apparait. C’est probablement l’une des plus monumentales de toute la Corée. A l’intérieur se trouvent les 4 rois du ciel et leur représentation est spectaculaire. Ils sont gigantesques, intimidants et imposent leur puissance en écrasant sous leurs pieds des démons répugnants.

Ça ne saute pas aux yeux tout de suite mais il faut savoir que le Dongmyeong Bulwon fait partie de ces nouveaux temples construits non pas en bois mais en béton. Cela est visible en observant les bâtiments annexes. Ce qui est frappant par contre c’est la couleur des édifices. Des tons gris-bleus remplacent le traditionnel vert. L’effet est vraiment saisissant.

SPLENDEUR ET MONUMENTALITE
En pénétrant dans la cour en gravier qui sert également de parking on est saisit par la puissance qui se dégage du lieu. La monumentalité de l’édifice principal situé à droite est presque intimidante. La cloche située en hauteur à gauche de l’entrée est à son image, imposante. En face de celle-ci, le pavillon Nahan-jeon abrite seize remarquables statues de Nahan (Les disciples du Bouddha historique). A droite de celui-ci, se trouve le hall dédié à Amita-Bul (le Bouddha du Paradis de l’Ouest) dont une représentation est placée au centre de l’autel.

Impossible de résister à la puissance qui se dégage du principal édifice, qui vaut à lui seul la visite. Il s’agit d’une des plus grands édifices bouddhistes de Corée. Son architecture est réellement imposante mais les tons bleus et gris des peintures lui confèrent une touche de légèreté. N’hésitez pas à vous déchausser et pénétrer à l’intérieur. Vous pourrez admirer les trois immenses statues dorées qui dominent cet immense lieu de prière et de recueillement. Beauté, harmonie et grandeur sont les premiers mots qui viennent à l’esprit pour décrire cet endroit magique. Un véritable coup de coeur.

Dongmyeong-Bulwon-01

Dongmyeong-Bulwon-02

Dongmyeong-Bulwon-03

Dongmyeong-Bulwon-04

Dongmyeong-Bulwon-05

Dongmyeong-Bulwon-18

Dongmyeong-Bulwon-06

Dongmyeong-Bulwon-07

Dongmyeong-Bulwon-08

Dongmyeong-Bulwon-09

Dongmyeong-Bulwon-10

Dongmyeong-Bulwon-11

Dongmyeong-Bulwon-12

Dongmyeong-Bulwon-13

Dongmyeong-Bulwon-14

Dongmyeong-Bulwon-16

Dongmyeong-Bulwon-17

Dongmyeong-Bulwon-15

INFOS PRATIQUES
Le temple est ouvert de 4h30 à 19h30.
En Métro, Ligne #2, descendre à la station Daeyeon Station et prendre la sortie #10.
Vous avez ensuite environ 30 minutes de marche. Le mieux si vous le pouvez est de prendre un taxi qui vous y emmènera en quelques minutes. Annoncez simplement au chauffeur : « Dongmyeong Bulwon« 

Ida au pays du matin calme

[fusion_text]
Vedette de la télévision en Corée du Sud depuis 1995, Ida Daussy est pratiquement inconnue des français. Comme bon nombre d’occidentaux, elle est invitée sur les plateaux TV pour satisfaire la curiosité des téléspectateurs coréens. Parmi ces étrangers, Ida Daussy est probablement celle qui a le mieux réussit et la plus connue, la grande majorité des coréens la connaissent. Elle anime plusieurs émissions hebdomadaires sur les plus grandes chaînes nationales, écrits des billets pour des quotidiens nationaux et anime des conférences dans le pays.

RESUME DU LIVRE
Ida Daussy, vedette de la Tv en Corée, nous décrit son parcourt depuis la fac du Havre, son coup de foudre pour la Corée lors de son stage à Busan. J’étais « contaminée » par un virus pour le moins inconnu et tout le monde me prit pour une idéaliste surmenée. Sa maîtrise de commerce option « Commerce avec l’Asie » en poche elle débarque à 22 ans comme lectrice de français à l’Institut de langues étrangères de l’université Yonsei à Séoul. Tout va ensuite très vite. Elle rencontre son futur mari, l’épouse un an plus tard et fait ses débuts à la Tv. Les spectateurs coréens sont piqués de curiosité. Qui est cette jeune femme toujours souriante qui bafouille un début de coréen? Amusés ils en redemandent et peu à peu Ida Daussy devient une figure familière du petit écran appréciées de tous.
L’auteur nous raconte ainsi son ascension fulgurante et plus globalement sa vie en Corée. Elle dresse un portrait attachant de son pays d’adoption, en soulignant ses différences et ses particularités.

MON AVIS
L’auteur partage son expérience en Corée où elle est devenue une véritable vedette du petit écran. A travers ces pages, elle dresse un portrait sociétal du pays en filigrane, avec évidement le confucianisme qui régie les relations entre individus de la même façon depuis des siècles. Son récit est saupoudré d’humour et de bons mots. On sent un caractère bien déterminé, farouchement indépendant.
Avec sa sensibilité et son expérience, elle expose son ressentie toujours juste, elle a saisie la mentalité coréenne et parvient à nous faire partager de façon très agréable. Voilà un témoignage précieux et plein de vérité.

Cet ouvrage qui s’avale d’une traite offre les clés pour comprendre la Corée et les coréens. Il s’adresse aussi bien aux lecteurs qui souhaitent découvrir ce pays de l’intérieur comme à ceux qui portent un intérêt à son auteur. Elle souligne toutes les particularités du pays sans jamais porter de jugement. Tout y passe ou presque : de la cérémonie du mariage aux relations houleuses entre belle-fille et belle-mère, la maternité et l’éducation des enfants, la cuisine, les sorties le soir entre collègues, etc. Elle souligne aussi « l’invraisemblable mais bien réelle gentillesse des habitants du pays du Matin Calme« . Leur sensibilité, leur caractère exalté aussi bien dans la tristesse que dans la joie. Le pays du Matin Calme semble en perpétuelle évolution, toujours en construction. Gommant peu à peu ses imperfections il est résolument tourné vers l’avant et l’avenir ne l’effraie vraiment pas.

IDA DAUSSY, SON SUCCES EN COREE
Elle explique son succès à la TV coréenne en partie à cause du contexte : Je suis arrivée juste au moment où la Corée était disposée à observer une étrangère vivant chez eux. Avant, la Corée avait bien d’autres chats à fouetter. Parmi les autres aspects : être mariée à un coréen et son caractère enthousiaste.

[/fusion_text]
 

[two_fifth last= »no » spacing= »yes » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » class= » » id= » »]Ida-Daussy-Pays-Matin-Calme

[/two_fifth][three_fifth last= »yes » spacing= »yes » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » class= » » id= » »]Ida au pays du matin calme
Auteur : Ida Daussy
Editeur : Jean-Claude Lattès
Année : 2006
Genre : Société
Langue : Français
310 pages [/three_fifth]