Blog

Blog>

Silla 신라

Le royaume de Silla a été fondé en 57 av. J.C. dans la plaine de Kyŏngju située dans le sud est de la péninsule par Bak Hyeokgeose. Silla est le dernier des 3 royaumes à apparaître. La légende raconte ainsi l'histoire de sa création: "Sortit d’un oeuf, Hyeokgeose est à l’âge de 10 ans choisit pour roi par les chefs des 6 tribus dans la région de Kyŏngju. Sa femme est fille de dragon. La vertu de ces deux personnages fut si grande que ni les chinois ni les japonais n’osèrent les attaquer"   L'état tribal de Saro Le royaume de Silla trouve ses origines voilà près de 3 000 ans. Vers -700 av.J.C., des immigrés venus du nord forment dans la plaine de Gyeongju six tribus unifiées. A la fin du IIe siècle Av. J.C., les villes se réunissent sous une même bannière et forment l'Etat de Saro, le premier nom donné à Silla. Il compte alors environ 15 000 habitants répartis dans six cités de 2 500 habitants chacune. A cette période, d'importantes vagues d'immigration viennent peupler la région. Bak Hyeokgeose originaire du clan des Kûmyang devient le premier souverain de Saro en 57 av. J.C. après avoir unifié les tribus de la plaine de Gyeongju. Cette date spécifiée dans le Samguk Sagi semble inexacte et situe la création du royaume de Silla avant ses deux rivaux alors que tout indique qu'il ai été le dernier a apparaître. A cette période, Saro établit des liens commerciaux avec la commanderie chinoise de Nangnang située dans le nord de la péninsule. Ces relations lui permettent d'accélérer son essor. Au IIe siècle, des vagues successives d'immigrants fuyant les guerres plus au nord trouvent refuge auprès de

Goguryeo 고구려

37 av. J.-C à 668 ap. J.-C Le territoire du royaume de Goguryeo, après celui de Balhae, fut le plus vaste de toute l'histoire de la Corée et s'étendit sur une large partie de la Chine, bien au-delà des frontières actuelles. Il garde aujourd'hui une place toute particulière dans le coeur des coréens. Le royaume de Goguryeo est fondé en 37 av. J.-C. près de Zolmon (Huanren, Chine) par Jumong (주몽), prince de la famille royale de Buyeo. Il s’établit plus au sud, dans la vallée de l’Amnok Gang. Il parvient à se faire une place dans ces régions situées au nord de la Corée et habitées par des tribus, en faisant la guerre où le plus souvent en passant des alliances (notamment avec la puissante société locale Yemaek). L’absorption des petits organismes environnants est facilitée par l'absence de rivalité entre populations. Le nouvel état se développe peu à peu dans cette région reculée et peu accessible. Le contrôle administratif de la commanderie chinoise Nangnang est impossible.   Le développement du royaume La classe dirigeante de Goguryeo était pour l’essentiel militaire. L'activité militaire fut en effet la principale caractéristique du royaume. Elle lui permit d'étendre son territoire tant vers le nord que vers le sud et lui assura la majeure partie de ses revenus qui provenaient des raids contre ses voisins. Le royaume profite des troubles de la première Dynastie Han pour refuser obéissance à l’empereur chinois Wang Mang (12 ap. J.-C.). Il annexe deux ans plus tard une première commanderie chinoise. En 37, il s’empare de Nangnang mais la commanderie est rétablit dix ans plus tard grâce au fondateur de la deuxième dynastie chinoise des Han. Goguryeo soumet les royaumes Sonbi puis Puyeo en

Baekje 백제

Le monarque fondateur de Baekje (백제) aurait été Onjo, fils de Jumong (주몽) lui-même fondateur du royaume de Goguryeo. Onjo fonde la ville de Wiryeseong (actuelle Séoul) en 18 Av. J.C dans le bassin du fleuve Han au centre de la péninsule coréenne. Baekje qui n'est alors qu'un état tribal se développe parmi soixante-dix sept autres fédérations dont certaines constituées elles aussi de migrants et de réfugiés venus de Goguryeo. La lente et difficile assimilation des populations autochtones s'accélèrent soudain devant les menaces soufflant du nord.   Développement du royaume Le peuple de Baekje est d'origine diverse. Le développement du royaume s'appuie sur quatre groupes de population distincts; ceux venus du sud depuis Buyeo et ceux venus de Goguryeo située plus au nord constituèrent le vivier principal duquel sont issus la noblesse et la royauté, les natifs de la région de Mahan, les chinois issus des commanderies de Nang-rang et Dae-bang absorbées par Baekje et enfin dans une moindre mesure de japonais qui immigrèrent à Baekje au cours des échanges culturels et commerciaux. Au VIIe siècle, Baekje aurait compté jusqu' à 1 200 000 habitants. La fédération est réorganisée sous le règne du roi Goi (234-286), premier souverain du royaume. C'est sous son règne que Baekje prend le contrôle total du bassin du fleuve Han en éliminant la menace des Malgals, alors vassaux de Goguryeo. Il instaure une monarchie rigoureuse, structurée autour des Chwap'Yŏng. Au nombre de six, ces ministres ont pour fonction les finances, le conseil du roi, les rites, la garde royale, la justice et les affaires militaires. Pour compléter ce système, un poste de premier ministre sera créé pour renforcer la bonne administration du pouvoir. Ces réformes permettent au royaume de prendre

La Corée, du Paléolithique à l’âge de fer

Le Paléolithique L'archéologie a permis de découvrir les traces d'une occupation continue de la péninsule au début du Paléolithique. Cette période qui désigne l'âge de la pierre taillée, comporte trois principales subdivisions : Le paléolithique inférieur (4,5 millions av. J.C. à 100 000 av. J.C), le paléolithique moyen (100 000 av. J.C à 40 000 av. J.C.) et le paléolithique supérieur (40 000 av. J.C. à 10 000 av. J.C.). Les plus anciens vestiges de la Préhistoire de la Corée datent d’environ 500 000 ans. On a retrouvé une vingtaine de sites occupés à cette époque comme en témoignent les grottes de Kŏmùn moru à Sangwŏn (à l'est de Pyeongyang) et Kùm à Tanyang. À cette époque l'homme mène une vie nomade en quête de nourriture. Il vit de pêche, de chasse et de cueillette. Il utilise des outils en pierre - réalisés par percussion - , en bois ou en os. Au Paléolithique moyen, les outils répondent à une spécialisation accrue des métiers et deviennent à usage unique. En plus de certaines similitudes cultuelles, une récente découverte archéologique permet d'affirmer que la population du Paléolithique supérieur appartient au groupe mongoloïde. La population est organisée selon un ordre clanique, égalitaire et sans classe. L'art du paléolithique coréen se caractérise par la fabrication de statuettes à tête humaine et d'animaux comme le cheval, le bœuf, le poisson et l'oiseau. On a retrouvé également des peintures rupestres représentant des animaux sauvages. Vers 10 000 av. J.-C., les Paléoasiatiques venant de Sibérie commencent à migrer vers le Sud, pénètrent en Corée et assimilent les populations autochtones. Ils sont à l'origine du Néolithique coréen.   Le Néolithique Le néolithique coréen débute vers 5 000 ans av. J.-C. Les vestiges qui nous sont

Ballade sur le site de Bokcheon

Dans le district de Dongnae, dans le nord de Busan existe un musée national retraçant l'histoire de la cité-état Geumhwan Gaya, membre de la confédération de Gaya (Ier-VIe siècle ap. J.C). Je vous invite à découvrir le musée de Bokcheon et à poursuivre votre visite sur les pentes de la montagne Mahan-san; Sur place plusieurs choses à voir, d'abord avant de vous rendre au musée à proprement dit, faites une petite ballade sur le Tumuli (site historique No. 273) situé en contre-bas. C'est le site originel qui accueillait les objets ensevelis ensuite transférés au musée. Il fut le lieu de sépulture de la classe gouvernante locale. Les fouilles archéologiques commencées en 1969 ont mis à jour des dizaines de sépultures et près de 10 000 objets. Au centre du tumuli, un espace a été aménagé sous un dome dans lequel on découvre deux exemples de sépulture. Les tombes #53 et #54 découvertes intactes datent du Ve siècle ap. J.C. Après la découverte du site archéologique, direction le musée. Son architecture extérieure est très sévère mais l'intérieur est heureusement beaucoup plus accueillant. Des brochures et dépliants en anglais sont disponibles à l'entrée. Les espaces d'exposition, modernes et agréables, sont situés aux niveaux 2 et 3. On y présente les objets découverts dans les 191 tombeaux mis à jour par les archéologues : couronnes en bronze, casques et armures de soldats en metal, bijoux, cloche de rituel et d'innombrables poteries. Autant d'informations intéressantes qui nous éclairent sur la culture et les rites encore très méconnus de Gaya, cette petite confédération coincée entre les 3 puissants royaumes de la péninsules. cité-état Geumhwan Gaya (43-532 ap. J.C.)   Des Poteries excentriques Certains objets découverts dans les tombeaux de Bokcheon-dong se distinguent par l'originalité

By |janvier 30th, 2015|Categories: Busan, Visiter|0 Comments