Anjeok, le petit ermitage des montagnes

12-Anjeok

TEMPLE ANJEOK – 안적사 (安寂寺)

Aujourd’hui je vous emmène à la découverte d’un charmant petit ermitage situé sur le versant nord de Jangsan (장산), l’imposante montagne qui domine l’est de la ville du Busan.

Le printemps s’installe doucement et il est enfin temps de partir faire un peu de tourisme dans mon pays d’adoption. Pour ma premiere vraie ballade de l’année, je ne m’aventure pas trop loin. L’avantage de vivre à Busan, c’est de pouvoir laisser la ville derrière soit et de se retrouver rapidement en pleine nature. Nous avons la chance de vivre à la fois en bord de mer et aux pieds des montagnes. Direction donc les hauteurs de Gijang (기장), une ville située à quelques kilomètres au nord-est de Busan.

Une dizaine de minutes suffisent pour s’y rendre depuis le quartier d’Haeundae en suivant la route de bord de mer. Il ne faut pas manquer l’embranchement Naeri gil (내리길), une petite route agréable qui longe un cours d’eau et qui peu à peu s’élève dans la montagne Jangsan. Après quelques petits kilomètres, la route devient un étroit chemin mal goudronné et cabossé. Mieux vaut laisser la voiture sur le bas-côté et faire la suite à pied. Après quelques pas, un panneau indique qu’il reste 1.5 km pour rejoindre le temple, une distance raisonnable.

C’est une promenade plaisante en ce début de printemps. Le temps est très agréable et le ciel sans nuage est d’un bleu profond. Le vert sombre des pins (couleur omniprésente l’hiver dans les paysages coréens) est désormais accompagné par les feuilles des arbres qui offrent une multitude de nuances de vert avec des touches de couleurs ici et là. Le bruit de l’eau qui s’écoule dans les ruisseaux m’accompagne tout au long de la marche. J’entends le vent s’engouffrer dans les feuilles de bambous et les oiseaux chanter le retour du beau temps. Que la nature est belle!

01-Anjeok

02-Anjeok

03-Anjeok

04-Anjeok

La pente s’accentue séverement dans la dernière partie. Enfin les premiers signes de la présence de l’ermitage apparaissent. L’accès au site se fait en franchissant un anneau en pierre. Une longue volée de marches lui succède et en levant la tête je manque d’être découragé par toutes les marches qu’il reste à gravir pour rejoindre le portique en bois, l’entrée de l’ermitage. Je ne me rappelle pas avoir monté autant de marches pour accéder à un temple, Anjeok est vraiment étonnant. On retrouve ici un principe fondamental des temples : les marches symbolisent l’élévation spirituelle.

Cette ascension est la dernière étape avant de belles découvertes. On arrive à un portique qui abrite 4 divinités très colorées et de taille imposante. L’une tient un dragon, une autre un instrument à corde, la troisième un trident et la dernière un sabre. Je ne connais pas la signification de leurs attributs, tout ce que je sais est qu’il faut se recueillir devant eux avant de pénétrer dans l’ermitage.

05-Anjeok

05-a-Anjeok

07-Anjeok

06-Anjeok

11-a-Anjeok

11-Anjeok

Face à l’entrée du site se trouve l’édifice principal, remarquable dans ses proportions. L’ermitage de Anjeok est composé de bâtiments simples qui n’ont en soit rien d’exceptionnel. Ils ne sont ni monumentaux, ni flamboyants. On ne trouvera pas ici de pagode de plusieurs étages ou de statue de Bouddha géante. Les édifices sont très classiques et de taille raisonnables. Le maître mot ici est humilité. Le site offre avant tout aux visiteurs un cadre harmonieux et extrêmement reposant.

Ce lieu est d’une sérénité extraordinaire. En se baladant le long des petites allées, on constate le remarquable agencement des édifices lovés dans un espace naturel. Chaque arbre, rocher, chemin et plante composent un ensemble cohérent, en harmonie parfaite avec l’environnement. Pourtant à y regarder de plus près, l’espace est le fruit d’un agencement précis et méticuleux. Dans l’art du jardin, l’expression coréenne laisse plus de liberté à la nature. Ici les visiteurs sont rares. Je n’ai croisé en tout et pour tout qu’une seule personne, un artisan venu remplacer une tuile d’un toit. Anjeok n’est pas considéré un bien culturel majeur mais si vous êtes en quête d’un endroit calme. Il vaut clairement le détour.

13-Anjeok

14-Anjeok

15-Anjeok

16-Anjeok

17-Anjeok

18-Anjeok

09-Anjeok

10-Anjeok

18-Anjeok

Pour la petite histoire, l’ermitage a été brûlé pendant les invasions japonaises (1592~1598). Le temple principal fût reconstruit en 1873 et l’ermitage dans son ensemble tel qu’on le voit aujourd’hui fut achevé en 1973.

COMMENT S’Y RENDRE?
Corée du Sud, Busan, Gijang-gun, Gijang-eup, Nae-ri, 692
Tél. : +82 51-543-9408
Pour s’y rendre depuis Busan :
– Quitter le quartier de Haeundae et prendre la direction de Ulsan.
– Après avoir dépassé la ville balnéaire de Seojong, vous arrivez à Gijang.
– Peu après l’école internationale de Gijang, il y a un petit embranchement sur votre gauche qu’il ne faut pas rater.
– Il vous reste à suivre Naeri gil (내리길), sur 2 km puis faire le reste du chemin à pied.

La montagne Jangsan – Partie 1

03

Située à l’est de la ville dans le district d’Haeundae, la montagne Jangsan fait partie de la vie quotidienne des habitants de Busan. Avec ses 634 mètres elle domine la moitié est de la ville. Le Parc Daecheon est le point de départ majeur des ballades en montagne, le rendez-vous incontournable des promeneurs et des hikers confirmés avec de nombreux sentiers à la difficulté variable pouvant devenir très périlleux dans les hauteurs en suivant les arrêtes.

Je m’y suis rendu ce vendredi matin après avoir conduit mon petit garçon à l’école. Le temps était parfait et j’avais besoin de prendre l’air après quelques jours pluvieux.

Lors de mon arrivée, le gardien m’informe qu’il n’y a pas de parking pour les visiteurs et qu’il faut retourner de l’autre côté du carrefour. Devant ma moue il a la gentillesse de lever la barrière et de me laisser entrer. Je gare ma voiture un peu plus loin, à côté de celles que je suppose appartenir aux employés et commerçants du parc Daecheon.

Décidément le temps est agréable, le ciel est d’un bleu limpide et la température est si douce en ce début d’automne. Le chant des oiseaux et l’eau de la rivière qui s’écoule me viennent aux oreilles. Comme partout en Corée, on trouve des petits commerces aux abords des sites (très) fréquentés. A une petite place on peut acheter des boissons à un distributeur automatique, des glaces et autres confiseries dans un petit magasin ou se laisser tenter par des odeng (오뎅) proposés avec un bol de soupe bien chaude. Mais on trouve aussi un fleuriste (qui vend accessoirement des oeufs) et un peu plus loin un marchand de champignons.

24

Pour débuter, je fais le tour d’un grand étang, qui se trouve être la réserve d’eau potable de la ville. Un chemin suit les courbes du bassin, un lieu idéal pour les joggers. Je poursuis ma ballade le long de la rivière parmi d’autres promeneurs. Je bifurque vers un petit sentier qui s’écarte de la rivière et aboutit un espace joliment aménagé avec des parterres de fleurs, des bassins sur lequel semblent flotter des nénuphars en fleur. Pendant quelques minutes je profite de ce cadre relaxant et observe les carpes qui vont et viennent.

01

02

04

16

17

18

Ensuite je prends un nouvel embranchement qui me conduit au minuscule ermitage de Jangsan-Sa (장산사 – littéralement le temple de la montagne Jangsan) caché dans les sous-bois. Il ne paie vraiment pas de mine et ne mérite pas une visite à part entière. Allez y faire un tour si vous êtes venus comme moi vous promener dans les montagnes ou voir le temple Pokposa (폭포사) situé plus haut dans la montagne (qui lui ne manque pas d’intérêt). Pour en revenir à notre modeste ermitage, on peut y voir quelques petites constructions très fonctionnelles sans charme hormis un petit pavillon situé sur un promontoire absolument mignon. Un peu plus loin se trouve un Bouddha en pierre, en position debout la main droite levée.

15

05

06

07

08

09

10

11

12

13

14

23

Après cette jolie promenade, je retourne à l’entrée par le sentier principal. Je découvre un musée entièrement consacré à la faune et à la flore de la montagne Jangsan. On peut y voir toutes les espèces d’insectes qui y vivent ou encore s’informer sur les plantes ou les oiseaux.

Dans un prochain posting je vous parlerai de l’ascension de la montagne et des belles découvertes qui jalonnent le parcours comme des cascades, le temple Pokposa (폭포사) et une vue panoramique phénoménale une fois au sommet.

19

20

21

22

Découverte du temple Seongbulsa

01

Seongbulsa – 성불사

Je continue dans ma lancée pour vous faire découvrir les temples de la ville de Busan. Après Haeunjeongsa (해운정사) et Dongmyeong Bulwon (동명불원) j’ai envie de vous présenter Seongbulsa (성불사 – littéralement le temple de bouddha), un ermitage que j’ai découvert la semaine dernière. Il se trouve dans les hauteurs du district d’Haeundae, dans la partie est de la ville.

Pour moi (qui ne suis pas bouddhiste), visiter un temple en Corée, signifie s’extraire du quotidien et prendre le temps de souffler dans une atmosphère reposante. C’est une façon aussi de s’imprégner de la Corée éternelle en admirant les délicats édifices aux couleurs flamboyantes perdus au milieu des montagnes.

Les temples, ces trésors cachés qui font la beauté de la Corée

Il n’existe pas beaucoup d’informations au sujet de Seongbulsa, que ce soit en coréen ou en anglais. Cet ermitage fait partie de ces innombrables trésors cachés qui font tout le charme de la Corée. Il existe tant de merveilles à découvrir et qu’aucun guide n’indiquera probablement jamais.

Perché à flanc de montagne, son accès n’est pas évident. Il faut d’abord réussir à trouver la petite route qui y conduit parmi le réseau routier très dense dans cette partie de la ville. Il faut ensuite se faufiler sous une autoroute, puis contourner un complexe résidentiel flambant neuf et enfin s’engager sur un petit sentier de montagne. Ca y est, le quartier Centum City et ses buildings de verre est derrière nous. En quelques centaines de mètres à peine, on retrouve la Corée de toujours, celle des sentiers et des montagnes.

La route serpente entre murets de pierre et camélias. Enfin apparaît un premier signe annonciateur, une stèle avec des inscriptions en Hanja (les caractères chinois). Puis une petite pagode et un petit parking. Le reste du chemin se fera à pied. Ce lieu est également le point de départ de chemins de randonnée sur le Mont Jangsan. J’y croise d’ailleurs quelques randonneurs bien équipés.

02

03

04

04b

Je ne sais absolument pas à quoi m’attendre en venant ici. J’aperçois derrière des arbres sur la droite un premier petit édifice sans grand charme. Il s’agit d’un réfectoire privé pour les moines. Un bâtiment secondaire sans intérêt véritable et je me dis qu’une bonne surprise est encore envisageable. Quelques pas de plus et je découvre la petite fontaine qui marque traditionnellement le véritable point d’entrée du site. Quelques mètres de plus et me voici au pied des escaliers en granite menant à l’édifice principal. Grand Ouf de soulagement, en le découvrant je suis immédiatement conquis par la beauté du site.

Laissons un instant le temple principal pour nous intéresser à ce qu’il y a autour. L’ermitage réuni à peu près tous les éléments caractéristiques des temples coréens. Tout à droite le pavillon Beomjonggakla abrite la grande cloche en fonte qui rythme la journée des moines. A côté se trouve une impressionnante pagode octogonale à neuf étages entourée de 12 statues en pierre représentant les signes astraux chinois (singe, dragon, cheval, etc.). Du pavillon principal un pont enjambe un bassin pour accéder à un temple plus petit dédié également à la prière. Des bonsaïs et de drôles de grenouilles en pierre veillent sur le bassin animé par un petit moulin à eau. Ceci offre un ensemble particulièrement charmant et apaisant. Placé au niveau le plus élevé du site, un bouddha doré domine l’ermitage. Son regard bienveillant porte jusqu’aux plus hautes tours de la ville et jusqu’à la mer en partie cachée par les cimes des arbres. Formant un arc de cercle derrière la statue, près de 10 000 petites lanternes portent le nom de leur mécènes.

Sans plus attendre je vous laisse découvrir les photos de ma visite …

04c

05

05a

05a1

05b

05c

05d

05e

05f

05g

06

07

07b

07c

07d

08

09

10

11

12

13

13b

14

15

16

16b

17

18

19

20

L’impressionnant temple Dongmyeong Bulwon

Dongmyeong Bulwon – 동명불원

UN TEMPLE AU COEUR DU DISTRICT DE NAM-GU
En Corée, la grande majorité des temples se trouve à l’écart des villes, dans des lieux reculés, le plus souvent perdus dans les montagnes. Ceci pour des raisons historiques (lire à ce propos l’article sur la Dynastie Joseon). Fort heureusement il s’en trouve quand même en ville (par exemple le temple Haeunjeongsa et le temple Okryeonseonwon à Busan où encore le célèbre temple Bongeunsa à Séoul). C’est également le cas du temple Dongmyeong Bulwon qui se trouve dans le district de Nam-Gu dans le sud de la ville de Busan. Il est installé non loin du Cimetière des Nations Unies et à deux pas de l’Université Dong-Myeang (동명대학교). Mais pour le trouver rien moins d’évident. Il n’est pas signalé sur nombre de cartes (à commencer par GoogleMaps et mon GPS). Quant à trouver des panneaux de signalisation dans la rue n’y comptez pas.

SA DECOUVERTE N’EN EST QUE PLUS BELLE
En vous engageant dans la verdoyante rue Dongmyeong-ro, vous reprenez enfin votre souffle, heureux de découvrir le portique monumental qui signal la présence du temple à une petite centaine de mètres de là. Le bruit assourdissant de la ville s’est comme évaporé et on prend plaisir à longer un joli muret de pierre dominé par une verdure abondante. Enfin sur la gauche, la Cheonwangmun (nom donné à la porte d’entrée des temples) apparait. C’est probablement l’une des plus monumentales de toute la Corée. A l’intérieur se trouvent les 4 rois du ciel et leur représentation est spectaculaire. Ils sont gigantesques, intimidants et imposent leur puissance en écrasant sous leurs pieds des démons répugnants.

Ça ne saute pas aux yeux tout de suite mais il faut savoir que le Dongmyeong Bulwon fait partie de ces nouveaux temples construits non pas en bois mais en béton. Cela est visible en observant les bâtiments annexes. Ce qui est frappant par contre c’est la couleur des édifices. Des tons gris-bleus remplacent le traditionnel vert. L’effet est vraiment saisissant.

SPLENDEUR ET MONUMENTALITE
En pénétrant dans la cour en gravier qui sert également de parking on est saisit par la puissance qui se dégage du lieu. La monumentalité de l’édifice principal situé à droite est presque intimidante. La cloche située en hauteur à gauche de l’entrée est à son image, imposante. En face de celle-ci, le pavillon Nahan-jeon abrite seize remarquables statues de Nahan (Les disciples du Bouddha historique). A droite de celui-ci, se trouve le hall dédié à Amita-Bul (le Bouddha du Paradis de l’Ouest) dont une représentation est placée au centre de l’autel.

Impossible de résister à la puissance qui se dégage du principal édifice, qui vaut à lui seul la visite. Il s’agit d’une des plus grands édifices bouddhistes de Corée. Son architecture est réellement imposante mais les tons bleus et gris des peintures lui confèrent une touche de légèreté. N’hésitez pas à vous déchausser et pénétrer à l’intérieur. Vous pourrez admirer les trois immenses statues dorées qui dominent cet immense lieu de prière et de recueillement. Beauté, harmonie et grandeur sont les premiers mots qui viennent à l’esprit pour décrire cet endroit magique. Un véritable coup de coeur.

Dongmyeong-Bulwon-01

Dongmyeong-Bulwon-02

Dongmyeong-Bulwon-03

Dongmyeong-Bulwon-04

Dongmyeong-Bulwon-05

Dongmyeong-Bulwon-18

Dongmyeong-Bulwon-06

Dongmyeong-Bulwon-07

Dongmyeong-Bulwon-08

Dongmyeong-Bulwon-09

Dongmyeong-Bulwon-10

Dongmyeong-Bulwon-11

Dongmyeong-Bulwon-12

Dongmyeong-Bulwon-13

Dongmyeong-Bulwon-14

Dongmyeong-Bulwon-16

Dongmyeong-Bulwon-17

Dongmyeong-Bulwon-15

INFOS PRATIQUES
Le temple est ouvert de 4h30 à 19h30.
En Métro, Ligne #2, descendre à la station Daeyeon Station et prendre la sortie #10.
Vous avez ensuite environ 30 minutes de marche. Le mieux si vous le pouvez est de prendre un taxi qui vous y emmènera en quelques minutes. Annoncez simplement au chauffeur : « Dongmyeong Bulwon« 

Une échappée au temple de Haeunjeongsa

Haeunjeongsa Temple – 해운정사

Çà fait un peu plus d’un an que j’habite dans le district d’Haeundae à Busan et c’est seulement aujourd’hui que je me décide à me rendre au temple de Haeunjeongsa. C’est pourtant le seul temple situé dans cette partie de la ville et il n’est qu’à 15 minutes de voiture de chez moi. Il faut dire que le temps aujourd’hui est magnifique et que çà donne envie de découvrir de nouvelles choses. Ce temple est loin d’être le plus connu de la ville. Il est situé au bout d’une route qui serpente dans un quartier résidentiel plutôt banal et il est très peu fréquenté. Lors de ma visite je n’ai vu qu’une poignée de fidèles et absolument aucun touriste. De nombreux écoliers sortant d’une école voisine n’y ont prêté aucune attention en passant devant. Il fait parti du décor sans aucun doute. Pour autant comme vous allez le voir, je pense qu’il mérite une petite visite d’autant qu’il est facile d’accès. Depuis la station de métro Haeundae, il faut compter 15 minutes de marche environ.

En s’approchant du site, difficile d’imaginer qu’il était isolé dans une forêt au pied de la montagne il n’y a pas si longtemps. Avant d’accéder au temple, un grand portique en marque l’accès. Il est coiffé d’un toit monumental et un grand soin a été apporté à sa décoration. Les motifs géométriques sont précis et très colorés, comme les représentations de déesses qui volent avec légèreté dans les airs. En passant sous le portique et en levant les yeux, je découvre des peintures florales là encore très séduisantes.

Passé la porte, me voilà au pied d’un escalier en granit blanc encadré de deux lions tout en courbes et rondeurs, plus mignons que féroces. Les innombrables marches qu’il faut gravir pour rejoindre le temple ont une signification symbolique : quitter le monde terrestre et s’élever vers le ciel. De la haut en se retournant, on a une vue dégagée sur le quartier et sur une grande partie d’Haeundae. Une première récompense.

temple-Haeunjeongsa-01

temple-Haeunjeongsa-02

temple-Haeunjeongsa-27

temple-Haeunjeongsa-03

temple-Haeunjeongsa-04

temple-Haeunjeongsa-05

temple-Haeunjeongsa-07

Au centre du site de Haeunjeongsa on peut admirer l’édifice principal, très simple et très classique dans sa forme. De plus près on peut apprécier le beau travail de peinture et de sculpture sur les portes et les poutres. A sa gauche, sous un haut-vent, une dizaine de statues en granit d’environ 2 mètres de haut sont alignées les unes à côté des autres. Il s’agit d’un Bouddha entouré de ses ministres. Malheureusement lors de ma visite elles étaient en restauration et recouvertes d’une bâche en plastique. Un peu plus loin, trois autres statues dorées étaient quant à elles bien visibles. Toujours dans cette partie du site, on peut voir une imposante cloche en fonte abritée sous un chapiteau et un édifice plus récent.

De retour sur mes pas, à droite du temple principal se trouve un stupa en granit sur lequel on peut voir plein de petits bouddhas colorés disposés çà et là, plus loin se trouve un autre temple-autel mais c’est surtout la pagode en bois à trois niveaux qui retient l’attention. C’est assurément l’une des principales attractions du site. On peut entrer à l’intérieur et monter au second niveau par de tout petits escaliers. C’est une très belle découverte.

Si je devais aborder les points négatifs, je dirais que la relative petite taille du site de Haeunjeongsa comparée aux autres temples m’a un peu déçu et que son aspect général trop récent (trop bien restauré?) manque un peu de patine et de charme.

temple-Haeunjeongsa-06

temple-Haeunjeongsa-08

temple-Haeunjeongsa-09

temple-Haeunjeongsa-11

temple-Haeunjeongsa-12

temple-Haeunjeongsa-13

temple-Haeunjeongsa-14

temple-Haeunjeongsa-15

temple-Haeunjeongsa-16

temple-Haeunjeongsa-17

temple-Haeunjeongsa-18

temple-Haeunjeongsa-19

temple-Haeunjeongsa-20

temple-Haeunjeongsa-22

temple-Haeunjeongsa-23

temple-Haeunjeongsa-24

temple-Haeunjeongsa-25

temple-Haeunjeongsa-26

temple-Haeunjeongsa-28

INFOS PRATIQUES
Métro ligne #2, Haeundae Station. Prendre une des sorties nord. De là prendre un taxi qui vous y conduira en moins de 5 minutes pour 2 800 ₩.
Depuis le métro à pied comptez 15 minutes. Prendre la route U-dong 2-ro, face au centre commercial Sfunz et la remonter sur 500 mètres.

[wpgmza id= »1″]